Dalmeran

Domaine de Vins de France, AOP Baux-de-Provence

Dernières actus :

facebook instagram

L’histoire d'un château des Alpilles du 15ème siècle à aujourd'hui

Dalmeran est bâti sur un site Gallo-Romain, en bordure de la voie romaine Domitienne . En 1780, on a découvert des substructures de grands bâtiments, des statuts et fragments en marbre, en bronze et des monnaies (plusieurs de ces découvertes sont déposées au Musée Archéologique d'Arles). D'où la thèse d'une, ou plusieurs villas romaines dès le Ier siècle après J-C. L'Aqueduc Romain dont une grande partie est encore intacte sur Dalmeran alimentait Arles en eau potable, partait des sources d'Eygalières et de Mollèges (suivait une partie de la voie Domitienne). Au Moyen-Age, on trouve mention du « Vallon Saint Jean », première appellation du Vallon d'Almeyran dès 1393.

Au 15ème siècle, la famille MONGE

1442

1487

1498

1531

Première mention de vignes sur le domaine qui appartient à Jean Monge.

Guillaume Monge détient à son tour les 3 parcelles.

Gaubert et Poncet Monge agrandissent le terrain et possèdent 4 parcelles

Première mention d’un mas. Un Poncet Monge possède le mas avec des vignes et oliviers.

A partir du 17ème siècle, des familles de la noblesse de Saint Rémy y établissent leurs quartiers.

1606

1646

 

 

 

1729

Loÿs de Gras possède le mas et les terres.

C’est successivement Louis, Pierre, puis Balthazar de Gras qui détiennent le mas, avec de nombreuses terres dans le vallon.
On note d’ailleurs, dans les actes des notaires de Tarascon, que messire Balthazar de Gras, seigneur de Laurade et de Preigne, fait effectuer par Jacques Ayminy – un maître maçon – des travaux dans son « mas du Grès, au vallon Saint Jean ».

La propriété passe à Dame Marthe de Gras de Preigne, épouse de Joseph de Tourrel d’Alméran – de la ville de Saint Rémy.

C’est à Marthe D’Alméran que l’on doit – vraisemblablement – les bâtiments tels que nous les voyons aujourd’hui, la bastide avec son pigeonnier, son mas et ses deux petites tourelles qui devaient marquer l’entrée de la cour du Mas, ainsi que la chapelle.

A sa mort, Marthe se fait enterrer dans la petite chapelle près du château.

Sur sa dalle on peut lire : « Marthe d’Alméran de Maillane Née de Gras des marquis de Preigne, Le XXVIII février MDCLXXXXVII (1697), Inhumée dans la chapelle De château VALLON, en l’an du Salut MDCCLX (1760), DORT ici, Dans la Paix du Seigneur, Priez pour ELLE »

1760

La propriété passe à son fils Joseph de Tourrel d’Alméran.

Le nom d’Alméran vient donc de celui d’un des anciens propriétaires.

C’est le dernier qui figure comme propriétaire sur le cadastre de 1783 – 1785 pour le mas et une partie de garrigue.

1825

Celui-ci la transmettra à son tour à son gendre Jean d’Anglas, propriétaire à Beaucaire.

Depuis la mort de Jean d’Anglas (1864), divers propriétaires se succèderont, dont les plus notables sont :

années 20

Une famille Dagnière depuis le début des années 1920, à laquelle succède un gendre, industriel – Pierre Emile Laval (1899-1980) – fondateur de la Compagnie Métallique de Provence (CMP) à Arles ;

1988

1996


2006

Un industriel anglais, Brian Mac Hugo, replantera la plupart des vignes.

Un couple d’antiquaires parisiens, monsieur et madame Alain Moati réaménagera les jardins et réunira à la propriété le domaine « Paillan », aujourd’hui site du chai ;

Monsieur Nick Williamson, un autre industriel anglais réalisa notamment la rénovation complète du château.

La chapelle et la sépulture de Marte d’Almeran :